La journaliste montréalaise Monique Durand à la découverte de Chomedey de Maisonneuve

Monique Durand est écrivaine, journaliste, réalisatrice, conférencière et globetrotter. Elle a publié un recueil de nouvelles, Eaux, en 1999, et un roman, La Femme du peintre, en 2003 (éditions du Serpent à Plumes à Paris). Avec ce dernier livre, l’auteure a été finaliste du Prix Anne-Hébert du Premier Roman au Salon du livre de Paris, en 2004, et finaliste du Prix de la Romancière francophone Soroptimist à Grenoble, la même année.

Monique Durand a fait une carrière de journaliste et de réalisatrice à Radio-Canada de 1982 à 2004. Elle s’est notamment distinguée en concevant et produisant une série de documentaires radiophoniques intitulée Les femmes et la guerre. Cette série, restée dans les annales, a été diffusée au Canada, en France, en Belgique et en Suisse en 2000 et 2001. Elle a également produit des séries radiophoniques pour Radio France, Mers intérieure et Parentés atlantiques. En 2011, elle a été finaliste du Prix Judith-Jasmin, dans la catégorie "Grand reportage", pour une série d’articles sur le Nord québécois publiés dans Le Devoir.

En 2014, le Conseil supérieur de la langue française du Québec lui a décerné le prix Jules-Fournier, pour l’ensemble de son oeuvre dans la presse écrite québécoise.

En 2016, elle a reçu le prix du conseil des arts et du Québec pour son roman, le petit caillou de la mémoire.

Elle a présenté des conférences portant, notamment, sur la littérature québécoise et sur la condition des femmes dans le monde, à New York, Vancouver, Québec, Oslo, Copenhague, Paris, Aix-en-Provence, Versailles, Reykjavik et Port-au-Prince.

La visite de Monique Durand s’est inscrite dans le cadre d’un reportage pour le journal Le Devoir, quotidien Montréalais. Elle s’est intéressée lors de sa visite à Paul Chomedey de Maisonneuve, à la découverte du village de Neuville sur Vanne et aux activités du comité. Reçue par les responsables de l’association, elle a été surprise et a fortement apprécié l’intérêt et le dynamisme culturel qui existe dans le village sur les questions historiques et québécoises. Elle a ainsi formulé le souhait de continuer cette découverte en revenant rapidement et en proposant de mettre en place localement des actions diverses. Ce fut également une belle rencontre pour les membres du comité qui a confirmé l’intérêt qu’ont les québécois à venir découvrir une partie de leur histoire dans l’Aube et plus particulièrement à Neuville sur Vanne.

Visite de Monique Durand